NetCampus - Aide aux étudiants en DROIT - www.netcampus.fr.st
 
  Accueil Mailing-list Forum Chat Contact

La dissertation

par JFD*

La dissertation d'histoire des institutions et du droit (méthode valable pour les autres matières aussi, ndlr), épreuve théorique, constitue une démonstration comme dans les autres disciplines telles la philosophie, la littérature ou l'économie. Pour réussir cette démonstration,il faut de la rigueur dans le raisonnement ; c'est-à-dire un bon enchaînement des idées pour faciliter la compréhension du lecteur. Cet exercice doit satisfaire à des exigences de fond et de forme qui conduisent, généralement, à un plan en deux parties. Le fond dépend du choix et de l'ordonnancement des connaissances et des idées (I). La forme, quant à elle, est l'expression et la présentation de ces dernières (II).

I : Le choix et l'ordonnancement des connaissances et des idées

Cette première étape est déterminante pour le fond de la dissertation, c'est-à-dire le contenu. Elle procède de la question des connaissances et des idées (A) et leur agencement (B) afin de constituer un plan détaillé harmonieux.

A : Le choix des connaissances et des idées

Le choix des connaissances et des idées, qui constituent la matière brute de la dissertation, se trouve imposé, de facto, par le sujet. Cependant, deux autres éléments sont à prendre en compte pour ce choix crucial : les sources dont on dispose (cours appris ou lectures personnelles), mais aussi le temps accordé pour la réalisation du devoir écrit (travail à la maison ou épreuve surveillée).

1 : Le sujet

Il faut prendre le temps de lire et relire lentement le sujet. II est important de mûrir sa réflexion. Il s'agit d'éviter de se lancer dans la construction de la dissertation après une première lecture. C'est prendre le risque de faire un contresens, au pire, un hors sujet qui révélerait une incompréhension de la question posée. La relecture du libellé permet de s'en imprégner afin de comprendre ce qui est demandé, saisir l'ampleur du sujet et surtout déterminer ses limites.

2 : Le rassemblement des connaissances

Il s'agit, tout d'abord, de mettre sur le papier toutes les connaissances et les idées qui viennent à l'esprit en relation avec le sujet posé. II est préférable d'écrire uniquement au recto des feuilles de brouillon pour rester organisé. Il convient de noter les connaissances sans chercher à les ordonner pour l'instant (les écrire comme elles viennent). Le but de cette étape est de ne rien omettre.

B : L'ordonnancement des connaissances et des idées

Le travail, jusqu'à présent, a consisté à analyser le sujet : le comprendre et en extraire une liste d'éléments nécessaire à la construction de la dissertation. Désormais, il s'agit de faire une synthèse. C'est-à-dire, établir un ordre logique et équilibré de ces différents éléments.

1 : Deux idées principales

Moment délicat, où il faut choisir deux idées principales qui seront la base initiale du plan. Elles regrouperont toutes les autres idées de moindres importances. Cette phase décide de l'orientation de la structure du devoir. Puis les deux idées doivent être conceptualisées, c'est-à-dire trouver un titre court et précis. Le premier titre doit être aussi significatif d'une liaison logique avec le second titre : lien de complémentarité ou d'opposition.

2 : Le plan détaillé

Les deux idées maîtresses du devoir trouvées, il importe désormais de développer la structure du devoir. Pour chaque partie, il est nécessaire d'établir des sous-parties, puis éventuellement des subdivisions. Le but est d'obtenir un plan détaillé où l'on retrouve les idées exprimées ultérieurement.

Maintenant, il faut donner une tête à ce plan détaillé : "une introduction". On doit retrouver dans l'introduction cinq points : une phrase d'attaque pour évoquer le sujet qui va être traité, sans remonter au déluge ; replacer le sujet dans son contexte général ; puis se recentrer sur le sujet en particulier afin de le délimiter ; ensuite dégager son intérêt (problématique) ; et enfin annoncer le plan, en deux parties signalées par un "(I)" et un "(II)".

Une fois le plan détaillé mis en place, et l'introduction soignée, il ne reste plus qu'à passer à l'expression et la présentation des connaissances et des idées.

II : L'expression et la présentation des connaissances et des idées

A ce stade, le travail de réflexion est en partie achevé. Cependant, il faut prendre soin de ne pas s'engager, pendant la rédaction, dans des digressions au risque de s'égarer dans des commentaires inutiles et nuisibles à la qualité du devoir. L'effort intellectuel, maintenant, doit porter sur l'expression (A) et la présentation (B) des connaissances et des idées.

A : L'expression

Lors de l'expression des connaissances et des idées l'accent doit être mis sur le style et l'orthographe. C'est pourquoi, dans la gestion du temps durant une épreuve d'examen, il faut prévoir quelques minutes à la fin de l'exercice pour relire la copie. En outre, chaque sous-partie doit être présentée dans un "chapeau" à la suite du premier et second titre, signalée par un "(A)" et un "(B)". Et enfin, il faut songer à une transition qui lie, de façon logique, les deux parties.

1 : Le style

II ne s'agit pas de rédiger une dissertation littéraire, néanmoins il convient, tout de même, de soigner son style : c'est-à-dire d'exprimer sa pensée à l'écrit. Le style procède de l'expression de la logique du raisonnement. Donc, il est nécessaire d'éviter les jugements d'opinion, et d'utiliser le "je" qui est haïssable. Pour la clarté du raisonnement, il faut exprimer toute sa pensée point par point, et non de manière allusive (pas de sous-entendu).

Le style repose, aussi, sur le choix du vocabulaire employé dans la rédaction. L'utilisation du vocabulaire juridique et historique est indispensable. Bien sûr, les expressions familières sont bannies, tout autant les images triviales. Mais, surtout il importe de ne pas écrire comme on parle.

2 : L'orthographe et la grammaire

Trop de points sont perdus pour une orthographe défaillante. Les fautes d'orthographe et de grammaire irritent le lecteur, qui se trouve être aussi le correcteur. L'utilisation du "présent de narration" est préférable aux temps du passé, car les concordances en sont simplifiées. Toutefois, il est recommandé de conserver le même temps tout au long de la dissertation. L'emploi de phrases simples, "sujet, verbe, complément", est lui aussi recommandable pour conserver une clarté de l'expression des idées et éviter les fautes.

B : La présentation

La qualité de la présentation est tout aussi importante, car il faut éviter d'imposer au correcteur un travail de paléographe superflu. La présentation des idées ne doit pas décourager le lecteur d'aller au terme du devoir.

1 : La calligraphie

L'aspect primordial de ce point est de rendre l'écriture lisible. L'originalité n'est pas de mise dans une dissertation (pas de graffiti ou tags). Ce qui prévaut, ici, c'est la communication de sa pensée, donc être lisible. Il est nécessaire : de prendre le temps d'écrire toutes les lettres d'un mot en évitant les abréviations et en respectant l'accentuation.

Les locutions latines ou étrangères doivent être soulignées pour signifier l'italique. De plus, les siècles seront écrits en chiffres romains (XVe siècle) et les années en chiffres arabes (1789). Seules les citations justifient l'ouverture de guillemets.

2 : Les espaces

La copie doit comporter une marge pour le correcteur. Il faut penser à mettre de l'espace entre les lignes pour laisser respirer le texte. A un paragraphe correspond une idée développée. Une présentation soignée favorise la lecture de la dissertation et bonifie son contenu.

(*) JFD, étudiant en dernière année de thèse. A été enseignant en histoire du droit et des institutions pendant 4 années en TD et 2 en CM.

Une remarque? Une question? Rendez-vous sur le forum ou envoyez un mail à l'auteur...
  Accueil Mailing-list Forum Chat Contact